MAGNIN Martine

284dfe65-5268-4719-b294-caf2104a6cc3
Image-empty-state_edited.png

Martine Magnin est passionnée de philosophie, de psychologie et de sémantique. Après une carrière dans la Communication et les Relations Presse, puis le commerce des Antiquités, elle laisse s'exprimer son goût pour l'écriture. L'humain est au cœur de ses préoccupations et de ses textes. Martine est petite fille, fille, nièce, et sœur d'écrivains édités et reconnus chacun dans un secteur d'écriture très différent.
Mariée, mère, grand-mère, elle partage ma vie entre Paris et le Gard, avec une nette préférence pour ce dernier.

La mort sur son 31

Pauline, la cinquantaine, coiffeuse dans une petite ville, est mariée à Antoine, plombier de son état, mais entomologiste et sculpteur sur métal d'insectes géants par passion. Un concours de circonstances va les conduire à devenir gardiens d'une petite résidence privilégiée sur l'Île des Saules... Sur ce lieu plein de charme se trouvent sept demeures, pour sept familles. Les rencontres vont se révéler aussi savoureuses qu'inattendues, tandis que se succèdent au sein de cette joyeuse communauté petites victoires et gros chagrins. Mais l'Île des Saules leur réserve bien des surprises... Lorsque disparaît la petite Chloé, les saules seront seuls témoins silencieux de ce drame.
shopping-cart-371979_640.png

A l'ombre des saules en pleureurs

Pauline, la cinquantaine, coiffeuse dans une petite ville, est mariée à Antoine, plombier de son état, mais entomologiste et sculpteur sur métal d'insectes géants par passion. Un concours de circonstances va les conduire à devenir gardiens d'une petite résidence privilégiée sur l'Île des Saules... Sur ce lieu plein de charme se trouvent sept demeures, pour sept familles. Les rencontres vont se révéler aussi savoureuses qu'inattendues, tandis que se succèdent au sein de cette joyeuse communauté petites victoires et gros chagrins. Mais l'Île des Saules leur réserve bien des surprises... Lorsque disparaît la petite Chloé, les saules seront seuls témoins silencieux de ce drame.

Je suis envahie d'une froideur bizarre, je frissonne. Je suis transie et molle. À coup sûr, je suis seule et dans des ténèbres hostiles. Le silence... si ce n'est cette machine insolite qui grogne et halète tout près de moi. Aucun souvenir. Des bruits de pas. Une voix féminine : ? Bonjour, Lucie, comment vas-tu aujourd'hui ? Je veux répondre, mais j'en suis incapable. Aucune logique pour expliquer cet état, mon état. Suis-je morte ? Aveugle ? Paralysée ? Immobilisée ? J'essaie pourtant de me concentrer, de bouger ne serait-ce que ma langue, mais rien ne suit ma pensée. Je n'ai plus de bouche... Afin de nous interpeller sur les thèmes de la filiation, de la résilience, de l'érotisme et de la renaissance, l'auteure nous présente une victime d'attentat, plongée dans le coma, dont l'esprit chemine entre une douloureuse réalité et les portes de l'au-delà où elle trouve réconfort et espoir.
shopping-cart-371979_640.png

Le baiser de Gustav

Je suis envahie d'une froideur bizarre, je frissonne. Je suis transie et molle. À coup sûr, je suis seule et dans des ténèbres hostiles. Le silence... si ce n'est cette machine insolite qui grogne et halète tout près de moi. Aucun souvenir. Des bruits de pas. Une voix féminine : ? Bonjour, Lucie, comment vas-tu aujourd'hui ? Je veux répondre, mais j'en suis incapable. Aucune logique pour expliquer cet état, mon état. Suis-je morte ? Aveugle ? Paralysée ? Immobilisée ? J'essaie pourtant de me concentrer, de bouger ne serait-ce que ma langue, mais rien ne suit ma pensée. Je n'ai plus de bouche... Afin de nous interpeller sur les thèmes de la filiation, de la résilience, de l'érotisme et de la renaissance, l'auteure nous présente une victime d'attentat, plongée dans le coma, dont l'esprit chemine entre une douloureuse réalité et les portes de l'au-delà où elle trouve réconfort et espoir.

"Tu sais, Jenny, derrière ces murs, on enferme les petites filles qui parlent trop."

Petite fille docile et sensible, Jenny passe les sept premières années de sa vie dans le mensonge et la douleur. Elle survit, et raconte avec courage et détermination la maltraitance sexuelle et le déni familial. Le ton, sobre et pudique, est celui d'une violence rentrée et maîtrisée sous forme d'interrogations quant au rôle d'une mère.

Plutôt que de se concentrer sur les agissements du prédateur et d'accuser, "Le confort de l'autruche" dénonce avant tout le comportement des proches, mère et grand-mère, engluées dans leurs mensonges, leur passivité et leur confort organisé. Toute la particularité de ce texte se situe dans l'évocation d'une tacite malfaisance familiale et affective.
shopping-cart-371979_640.png

Le confort de l'autruche

"Tu sais, Jenny, derrière ces murs, on enferme les petites filles qui parlent trop."

Petite fille docile et sensible, Jenny passe les sept premières années de sa vie dans le mensonge et la douleur. Elle survit, et raconte avec courage et détermination la maltraitance sexuelle et le déni familial. Le ton, sobre et pudique, est celui d'une violence rentrée et maîtrisée sous forme d'interrogations quant au rôle d'une mère.

Plutôt que de se concentrer sur les agissements du prédateur et d'accuser, "Le confort de l'autruche" dénonce avant tout le comportement des proches, mère et grand-mère, engluées dans leurs mensonges, leur passivité et leur confort organisé. Toute la particularité de ce texte se situe dans l'évocation d'une tacite malfaisance familiale et affective.

« Puisque vous êtes en train de visionner cette cassette, c’est que je suis déjà mort et que, à tort ou à raison, vous avez trouvé la caisse. Après avoir entendu ce que je vais vous dire, ce sera à vous de prendre des décisions en connaissance de cause. Quoi qu’il en soit, bon courage à vous. »

C’est par ces mots que s’ouvre Bien mal acquis… le nouveau roman de Martine Magnin. D’emblée, on a l’impression qu’on va avoir affaire à un polar, mais même si un fait divers est à l’origine de tout ce qui va se dérouler dans ce roman, l’affaire strictement policière passe rapidement au second plan.

Dans ce roman choral, quatre personnages nous racontent à tour de rôle leur histoire en lien avec ce drame.

- Régis, le garagiste, la conscience perturbée par la découverte de ce magot et de la cassette.
- Hortense, belle-sœur de Raymond, le garagiste décédé, naïve et généreuse.
- Henri, le mari d’Hortense, trop souvent absent.
- Monsieur Fernand, assureur à la retraite tracassé par son dernier dossier, qui fait des Haïkus.

On est dans le sud de la France dans le Gard, en Camargue où nous allons suivre ces personnages qui se débattent avec leur quotidien bouleversé. Heureusement, il y a le soleil, les senteurs, l’amitié.

Bien mal acquis… est un roman puzzle, dans lequel les pièces s’imbriquent petit à petit. Un roman qui montre que tout le monde peut déraper mais que l’essentiel est d’éviter la sortie de route. Ce livre généreux plein de sensibilité, de suspense et d’humour se déguste avec un grand plaisir.
shopping-cart-371979_640.png

Bien mal acquis...

« Puisque vous êtes en train de visionner cette cassette, c’est que je suis déjà mort et que, à tort ou à raison, vous avez trouvé la caisse. Après avoir entendu ce que je vais vous dire, ce sera à vous de prendre des décisions en connaissance de cause. Quoi qu’il en soit, bon courage à vous. »

C’est par ces mots que s’ouvre Bien mal acquis… le nouveau roman de Martine Magnin. D’emblée, on a l’impression qu’on va avoir affaire à un polar, mais même si un fait divers est à l’origine de tout ce qui va se dérouler dans ce roman, l’affaire strictement policière passe rapidement au second plan.

Dans ce roman choral, quatre personnages nous racontent à tour de rôle leur histoire en lien avec ce drame.

- Régis, le garagiste, la conscience perturbée par la découverte de ce magot et de la cassette.
- Hortense, belle-sœur de Raymond, le garagiste décédé, naïve et généreuse.
- Henri, le mari d’Hortense, trop souvent absent.
- Monsieur Fernand, assureur à la retraite tracassé par son dernier dossier, qui fait des Haïkus.

On est dans le sud de la France dans le Gard, en Camargue où nous allons suivre ces personnages qui se débattent avec leur quotidien bouleversé. Heureusement, il y a le soleil, les senteurs, l’amitié.

Bien mal acquis… est un roman puzzle, dans lequel les pièces s’imbriquent petit à petit. Un roman qui montre que tout le monde peut déraper mais que l’essentiel est d’éviter la sortie de route. Ce livre généreux plein de sensibilité, de suspense et d’humour se déguste avec un grand plaisir.