MAINGUET Pierre

92f25415-e23d-4672-b8a7-5f535e134d8c
Image-empty-state_edited.png

Pierre Mainguet est né en 1944 dans la banlieue de Bruxelles.
Professeur émérite de l’Institut des Arts de Diffusion (IAD).
Aujourd’hui, il partage son temps entre l’écriture et les collages.

Nelson Ferrer arrive dans la capitale après plus de quarante années d'absence. Mais que veut-il ? Que vient-il faire alors qu'il ne connait presque plus personne dans cette ville qui a tellement changé ? De rencontre en rencontre, de découverte en découverte, les intentions tragiques de Nelson vont lentement s'effriter. Noués entre eux pour ne former qu'une seule tresse, le passé et le présent s'éclairent l'un l'autre et nous révèlent peu à peu la vraie personnalité de Nelson. Un hymne à la vie.
shopping-cart-371979_640.png

Le silence ne répond jamais

Nelson Ferrer arrive dans la capitale après plus de quarante années d'absence. Mais que veut-il ? Que vient-il faire alors qu'il ne connait presque plus personne dans cette ville qui a tellement changé ? De rencontre en rencontre, de découverte en découverte, les intentions tragiques de Nelson vont lentement s'effriter. Noués entre eux pour ne former qu'une seule tresse, le passé et le présent s'éclairent l'un l'autre et nous révèlent peu à peu la vraie personnalité de Nelson. Un hymne à la vie.

Peter Manneke ! Drôle de nom ! Et pourtant c'est tout simple. C'est ainsi qu'une infirmière flamande appelait le héros de ce roman quand il était gamin : manneke, «petit homme» ! «Pierre mon bonhomme», en quelque sorte...

Mais le petit homme a vieilli et c'est avec une bonne dose d'humour et de sensibilité qu'il se penche sur sa jeunesse qui ne fut pas de tout repos. Un voyage initiatique aux sources de soi, sans complaisance.

Et aujourd'hui ? Qu'est-il devenu ce Manneke ? Entre passé et présent, les chapitres s'entrelacent pour former un récit passionnant. Fin, attachant et d'une grande qualité littéraire.
shopping-cart-371979_640.png

Peter Manneke

Peter Manneke ! Drôle de nom ! Et pourtant c'est tout simple. C'est ainsi qu'une infirmière flamande appelait le héros de ce roman quand il était gamin : manneke, «petit homme» ! «Pierre mon bonhomme», en quelque sorte...

Mais le petit homme a vieilli et c'est avec une bonne dose d'humour et de sensibilité qu'il se penche sur sa jeunesse qui ne fut pas de tout repos. Un voyage initiatique aux sources de soi, sans complaisance.

Et aujourd'hui ? Qu'est-il devenu ce Manneke ? Entre passé et présent, les chapitres s'entrelacent pour former un récit passionnant. Fin, attachant et d'une grande qualité littéraire.

Cinq textes. Disons cinq nouvelles à géométrie variable qui nous emmènent d'une chambre d'hôpital à une villa de province. La vie est partout. La mort aussi, qui cherche à se frayer un chemin. Parfois elle gagne, et si elle perd, elle ne nous laisse jamais indemnes. Les héros de ces nouvelles vivent tous des moments rares et remarquables de leurs vies. À chacun sa vérité, à chacun son combat qui ne manquera pas de passionner les lecteurs. Guillaume, Céline, Jeannette... Vous ne les oublierez pas !
shopping-cart-371979_640.png

Sugar Free

Cinq textes. Disons cinq nouvelles à géométrie variable qui nous emmènent d'une chambre d'hôpital à une villa de province. La vie est partout. La mort aussi, qui cherche à se frayer un chemin. Parfois elle gagne, et si elle perd, elle ne nous laisse jamais indemnes. Les héros de ces nouvelles vivent tous des moments rares et remarquables de leurs vies. À chacun sa vérité, à chacun son combat qui ne manquera pas de passionner les lecteurs. Guillaume, Céline, Jeannette... Vous ne les oublierez pas !

Le quotidien n'a pas la cote. On lui fait procès d'uniformité, de monochromie, d'ennui. Certes, notre existence sublunaire n’est pas un roman de cape et
d’épée : nous, anonymes frères humains, semblons fort éloignés du « Vivre
sans temps morts, jouir sans entraves ! » revendiqué, il y a un demi-siècle, sur d’impétueuses barricades.
Certes.
Mais, dans le giron de cette grisaille, de ces déceptions et perplexités, éclosent des moments de grâce, s’esquissent des ruptures, fermentent des bulles d’oxygène pur. Alors, à y regarder de plus près- les deux protagonistes de cet ouvrage y excellent – une alchimie opère. Et ces petits faits et personnalités si banals – les séries américaines, l’amie alcoolo, le voisin nouveau riche, la mort d’un chien, les courses au supermarché... – surgissent, mine de rien, comme des pivots prompts à nous tourner vers l’imaginaire, la rêverie voire l’émerveillement.
C’est en cela que les poèmes de Pierre Mainguet et les illustrations de Anne Denis, tous deux adeptes d’un orpaillage entêté, nous ouvrent, sobrement, à nous-mêmes.
Pierre Tréfois
shopping-cart-371979_640.png

Mines de rien

Le quotidien n'a pas la cote. On lui fait procès d'uniformité, de monochromie, d'ennui. Certes, notre existence sublunaire n’est pas un roman de cape et
d’épée : nous, anonymes frères humains, semblons fort éloignés du « Vivre
sans temps morts, jouir sans entraves ! » revendiqué, il y a un demi-siècle, sur d’impétueuses barricades.
Certes.
Mais, dans le giron de cette grisaille, de ces déceptions et perplexités, éclosent des moments de grâce, s’esquissent des ruptures, fermentent des bulles d’oxygène pur. Alors, à y regarder de plus près- les deux protagonistes de cet ouvrage y excellent – une alchimie opère. Et ces petits faits et personnalités si banals – les séries américaines, l’amie alcoolo, le voisin nouveau riche, la mort d’un chien, les courses au supermarché... – surgissent, mine de rien, comme des pivots prompts à nous tourner vers l’imaginaire, la rêverie voire l’émerveillement.
C’est en cela que les poèmes de Pierre Mainguet et les illustrations de Anne Denis, tous deux adeptes d’un orpaillage entêté, nous ouvrent, sobrement, à nous-mêmes.
Pierre Tréfois

shopping-cart-371979_640.png

Tant de choses