WERTS Thierry

43a37762-303d-4920-9a2b-d2e5ec6bbff1
Image-empty-state_edited.png

Juge belge spécialisé en matière de protection de la jeunesse, d’homicides et de droit humanitaire,
Thierry WERTS a été amené à voyager en Afrique et au Moyen-Orient dans le cadre de ses missions. Lorsqu’il n’est pas en chambre des mises en accusation, où il siège désormais, on peut le retrouver sur les chemins de grande randonnée et refaire le monde avec lui dans les refuges de montagne.

Son premier texte a remporté en 2013 le second prix du 17è concours de haïkus Mainichi au Japon et il a publié un recueil poétique de voyage « For intérieur » en 2016 (ed. Pippa).

« Demain n’existe pas encore » est son premier roman, un livre empreint de la mélancolie des âmes blessées rencontrées au fil de la vie.

« Soudain, on avait frappé à une lourde porte métallique derrière le procureur, et il était entré. Menotté. Cela faisait deux ans qu’elle ne l’avait pas vu. À cet instant, un grand frisson lui avait traversé le corps et elle avait tremblé comme une feuille, mais s’était acharnée à ne rien montrer. Pourvu que la juge ne s’adresse pas à elle ! Tout mais pas ça ! Elle avait esquissé un regard timide en direction de son père. Il avait pleuré et elle avait eu honte. Tandis qu’on s’était affairé autour de lui pour lui ôter les menottes, il avait tenté de croiser le regard de sa fille, mais en vain... »
shopping-cart-371979_640.png

DEMAIN N'EXISTE PAS ENCORE

« Soudain, on avait frappé à une lourde porte métallique derrière le procureur, et il était entré. Menotté. Cela faisait deux ans qu’elle ne l’avait pas vu. À cet instant, un grand frisson lui avait traversé le corps et elle avait tremblé comme une feuille, mais s’était acharnée à ne rien montrer. Pourvu que la juge ne s’adresse pas à elle ! Tout mais pas ça ! Elle avait esquissé un regard timide en direction de son père. Il avait pleuré et elle avait eu honte. Tandis qu’on s’était affairé autour de lui pour lui ôter les menottes, il avait tenté de croiser le regard de sa fille, mais en vain... »